Breton-81631Haïti a produit plusieurs générations de peintres, d’écrivains durant les deux siècles écoulés, mais la rencontre entre les artistes venus d’ailleurs et ceux du dedans favoriserait encore davantage la fermentation de la création. De la créativité qui s’est opérée dans le milieu pictural au milieu des années 40 avec Dewitt Peters, on doit tirer d’heureuses raisons de récidiver l’expérience du croisement des imaginaires. De la vitalité littéraire qui se manifestait dans la même période à l’arrivée d’Aimé Césaire, d’André Breton sous la roulette de Pierre Mabille en Haïti, il y a aujourd’hui un grand besoin de creuser l’expérience passée pour irriguer des jardins plus fertiles de l’imaginaire d’aujourd’hui. Tout désir est source de fécondation et apte à contrarier les déserts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :